Avant la rentrée, les DéFI Jeunes ont écrit une lettre ouverte pour dénoncer le monopole exercé par la FEF dans la représentation étudiante. Dans ce courrier commun, nous appelions la ministre de l’Enseignement supérieur à repenser le modèle de la participation. Une occasion pour réexpliquer comment les étudiants sont représentés ? Le problème avec la Fédération des Etudiants Francophones (FEF) ? Les changements à apporter pour y remédier ?

Le rôle des Conseils étudiants

Dans l’enseignement supérieur, les étudiants sont représentés par un Conseil d’étudiant (CE). Celui-ci est élu pour un mandat déterminé. Son rôle principal est de porter la voix des étudiants et de les défendre devant les instances de leur université ou haute école. En parallèle, ce CE est compétent pour voter l’affiliation à une Organisation représentative des étudiants (ORC). Des organisations qui portent les revendications des étudiants auprès du ministère de l’enseignement.

La représentation limitée de la FEF 

Depuis la disparition de l’Union des étudiants de la Communauté française (Unecof), la FEF constitue la seule ORC du paysage francophone. Cette réalité met les Conseils d’étudiants face à 2 choix. Le premier : rejoindre la FEF. Le second : rester indépendants et s’exposer à des difficultés liées à cette « liberté ».

Le monopole de la FEF est visible ailleurs comme à l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES). L’ARES est la fédération des établissements d’enseignement supérieur francophones de Belgique. Son conseil d’administration comprend 6 étudiants désignés directement par les ORC. Actuellement, il n’y a donc que la FEF qui peut nommer des représentants. Ceci efface toute représentation étudiante d’établissement ayant décidé de ne pas s’y’ affilier.
Ce cas de figure se présente également au sein des commissions. En effet, ce sont les 6 étudiants placés qui désignent, ou non, un représentant par établissement concerné pour chaque commission. Cela ne fait que renforcer la main mise de la FEF.

Changer le décret participation

Pour remédier à cette situation, nous souhaitons changer le décret participation. Ce dernier encadre la participation et la représentation étudiante dans l’enseignement supérieur. C’est en ce sens que nous avons interpellé la ministre de l’Enseignement supérieur.

Afin de permettre une représentation étudiante réellement plurielle dans ses idées et ses identités, nous proposons de :

  • Permettre la création d’une ou plusieurs ORC de donner corps à la représentation étudiante.
  • Instaurer le principe de l’élection directe de l’ORC par les étudiants en privilégiant un mode de démocratie directe.
  • Permettre aux étudiants d’adhérer directement auprès de l’ORC de leur choix, voire de rester indépendant. On passerait d’une affiliation pleine et unique décidée par les CE à une affiliation individuelle.

Intéressé·e par les sujets liés à l’enseignement ? Tu as des idées pour améliorer le quotidien des étudiants ? Tu veux en apprendre davantage pour pouvoir mieux agir sur ces sujets ? Rejoins notre nouveau Groupe de Travail thématique sur Facebook !

 

La philosophie et les objectifs des DéFI Jeunes t’intéressent?

Devenir sympathisant DéFI Jeunes

Est sympathisante toute personne montrant de l’intérêt pour l’action et les activités de l’association.

Devenir membre DéFI Jeunes

Est membre adhérent toute personne de moins de 35 ans révolus inscrite directement aux DéFI Jeunes. Cette adhésion est gratuite. 


J'accepte que DéFI Jeunes traite mes données personnelles
OuiNon

X