Jérôme De Mot, invité du débat au journal Le soir


Jeunes Présidents de partis: la politique, une… par Le_Soir

Qui sont les hommes et femmes politiques de demain ? Pour répondre à cette question importante, le journal Le Soir a organisé, le mercredi 18 décembre dernier, un grand débat en présence des présidents des mouvements jeunes des partis francophones. Comment feront-ils de la politique demain ?

Plusieurs sujets étaient au menu des discussions tels que le chômage et la précarité des jeunes, le défi écologique ou encore la place de l’Europe.

Tout d’abord, le président des Jeunes FDF a indiqué que ses trois priorités actuelles sont l’emploi, le logement et la mobilité. En effet, un jeune sur cinq se retrouve au chômage. On ne peut pas laisser cette situation se dégrader. D’une part, il faut investir dans l’enseignement et la formation et, d’autre part, il faut aider les entreprises à engager (notamment en réduisant les cotisations sociales pour l’engagement des jeunes). C’était l’occasion pour lui de rappeler les propositions concrètes des FDF en matière d’enseignement des langues.

Un autre constat posé par Jérôme De Mot est le prix élevé de l’immobilier. Un jeune, aujourd’hui, éprouve de plus en plus de difficultés à louer ou à acheter un bien. Il faut répondre à la crise sociale du logement. Nous pourrions, par exemple, revoir les critères du Fonds du logement pour l’octroi de prêts avantageux à l’acquisition.

Enfin, la mobilité est pour notre président une priorité non négligeable. Les jeunes ne peuvent souvent pas acquérir une voiture. De plus, les routes sont congestionnées. Il faut donc développer le réseau des transports publics. C’est également une question de respect envers notre environnement.

Jérôme De Mot a également indiqué l’importance du défi environnemental, de manière générale. Nos ainés ne sont pas toujours assez conscientisés (à)concernant cette problématique. Pour le président des Jeunes FDF, l’environnement est une matière transversale. Cette question est posée tant dans le domaine de la fiscalité que dans celui de l’aménagement du territoire ou encore à travers des compétences comme la mobilité ou le logement.

A la question de savoir si les idées des jeunes du parti sont identiques à celles de leurs aînés, Jérôme De Mot a indiqué que les Jeunes FDF étaient une entité à part entière. Nous avons nos propositions propres, parfois différentes de celles nos aînés. Mais nous partageons bien entendu un grand nombre de valeurs et d’idéaux. Pourquoi ne pas avoir un large mouvement de jeunes qui dépasse les clivages politiques ? Jérôme De Mot insiste : la confrontation d’idées est saine. Nous avons des points de vue différents autour de la table. C’est normal d’être amené à les confronter en dehors d’un seul mouvement de jeunes.

En ce qui concerne le « communautaire », Jérôme De Mot a affirmé que les citoyens en avaient marre d’en entendre parler. Ils ne se rendent pas toujours compte des effets qui se répercutent dans leur quotidien, notamment grâce au travail de communication du Premier Ministre Di Rupo. Cependant, la sixième réforme de l’Etat est mauvaise et la population n’en sentira les effets qu’après 2014.

Enfin, à la question de l’Europe, Jérôme De Mot a plaidé pour « plus d’Europe », une Europe plus transparente et plus démocratique. Les citoyens sont perdus dans le nombre d’institutions. Un jour, l’Europe devra simplifier ses institutions.

Le président remercie chaleureusement le journal Le Soir pour la mise en place de ce débat.