Ce jeudi 24 octobre, Fabian Maingain était l’invité de Fabrice Grosfilley sur le plateau de Télébruxelles.

C’était pour lui l’occasion de revenir sur le dossier du Samu social à Bruxelles, dossier qui soulève le problème de la double casquette de la directrice de cette asbl, Pascale Peraita, également conseillère CPAS du PS. Le Samu social de Bruxelles, qui vient en aide aux personnes en grande précarité, vient de faire l’objet d’un rapport de l’inspection des finances. Le salaire de la directrice est notamment pointé du doigt, et Fabian Maingain ne manquera pas de poser les questions nécessaires au conseil communal de la ville de Bruxelles afin de clarifier les choses.

Fabian Maingain a aussi été interrogé sur le départ du conseiller communal FDF Alain Nimegeers, précisant que cela n’empêchera pas Amina Derbaki Sbaï et lui d’assurer leur mission de vigilance démocratique au sein de l’opposition du conseil communal. Dans un souci d’éthique politique, Fabian Maingain ajoute cependant qu’il demandera à Alain Nimegeers de rendre ses mandats de membre du conseil de police et de membre du conseil du CPAS, mandats non nominatifs et étiquetés FDF.

Revenant sur le bilan qu’il tire de cette première année post-électorale, Fabian Maingain explique que, comme faisant partie de l’opposition, il est important pour le groupe des FDF de continuer son travail d’interrogation, de vigilance et de relai des préoccupations des citoyens. En tant que chef de groupe, Il s’estime satisfait du travail effectué par son équipe ces derniers mois.

Fabian Maingain déplore que, malgré le changement de majorité au sein du conseil communal, on est loin d’un changement de gestion politique et de gestion publique. Il craint que la ligne qui était défendue par la majorité PS sous la précédente législature soit à peu de choses près la même qui sera imposée aux Bruxellois tout le long de cette nouvelle législature et que la majorité MR ne puisse pas apporter de changements significatifs. Fabian Maingain constate que le MR était en désaccord avec le groupe PS sur un certain nombre de dossiers (notamment concernant le plan logement) avant les élections, mais qu’aujourd’hui il semble s’être rallié à l’ancienne majorité…

Interrogé sur l’affaire du futur grand stade qui sera construit sur un terrain appartenant à la ville de Bruxelles, notre conseiller communal répond que le groupe FDF a toujours déclaré être plutôt pour une rénovation du stade Roi Baudoin, ajoutant qu’aucun plan financier valable n’a jusqu’à présent été présenté par la majorité pour la construction du nouveau stade. Fabian Maingain précise également que sa principale préoccupation est de pouvoir conserver l’athlétisme, et que ce dossier est donc actuellement toujours à l’étude.

Le projet Neo, ce nouveau quartier à construire sur le plateau du Heysel, a déjà fait beaucoup parler de lui. Le groupe FDF considère qu’il s’agit d’un formidable levier pour le réaménagement de la ville, mais craint qu’il ne réponde pas à un certain nombre d’attentes, particulièrement en ce qui concerne le stationnement et la mobilité. Fabian Maingain estime que le manque de concertation entre les différents partenaires de ce projet est la source du problème.

Revenant sur le dossier judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde, Fabian Maingain juge que l’accord signé entre les différents partis n’est pas satisfaisant : on est loin de ce qui avait été demandé à l’origine (80 % de magistrats francophones – 20 % de magistrats néerlandophones) et, surtout, cet accord ne permettra pas de désengorger le système judiciaire à Bruxelles, dont les retards de plus en plus importants entament la confiance du citoyen en la crédibilité de notre justice.

Fabian Maingain souligne enfin que la population constatera par elle-même, à un moment donné, l’impact sur le quotidien des décisions prises concernant la réforme de l’Etat et sur le dossier de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Il espère que les FDF pourront être associés à la gestion de cet accord pour essayer de rectifier ce qui peut encore l’être.

En réponse aux critiques de ceux qui considèrent que le communautaire est le seul projet politique du FDF, le conseiller communal répond que les FDF rêvent de pouvoir un jour évacuer les questions communautaires afin de se consacrer uniquement aux autres enjeux. Malheureusement, actuellement, les FDF sont les seuls à véritablement défendre les francophones dans de nombreux dossiers dont la problématique communautaire est une réalité.

Vincent Vervaeren

Détaché Pédagogique JFDF

 

Vous pouvez retrouver la vidéo de son intervention ci-dessous: