Depuis 20 ans, la pression automobile à Bruxelles ne cesse de croître. Le tunnel Léopold II se détériore, le tunnel Stéphanie est aujourd’hui fermé, le RER n’avance pas, les transports en commun ne sont pas assez performants, il manque de parkings de dissuasion. Ceci rend la situation de la mobilité à Bruxelles intenable. Il est temps de penser une autre mobilité à Bruxelles. Des solutions structurelles doivent être trouvées pour lutter contre la congestion du trafic.

Les DéFI Jeunes sont favorables au péage urbain. Les expériences étrangères (Londres, Milan, …) démontrent que le péage urbain permet de réduire la congestion automobile de 20%, de lutter contre la pollution et de diminuer le stress des navetteurs.

À ce jour, seuls les Bruxellois paient pour des infrastructures utilisées quotidiennement par plus de 300.000 navetteurs wallons et flamands. Ceux-ci doivent pouvoir contribuer aux recettes régionales bruxelloises.

Le système de péage au kilomètre pour les poids lourds entrera en vigueur à Bruxelles en avril 2016. Profitons du système de Viapass pour le mettre en place pour les voitures. L’instauration d’un péage à Bruxelles permettrait de générer quelque 500 millions d’euros par an pour la Région, lesquels devraient être investis dans la reconstruction des tunnels, l’amélioration des voiries et dans la STIB. Les jeunes attendent d’une capitale qu’elle soit desservie correctement en transports en commun.

Pour dégager davantage de marges budgétaires, les DéFI jeunes plaident également pour des partenariats publics-privés (notamment pour la rénovation des tunnels) et une plus grande mobilisation des moyens fédéraux.