Examen de médecine et de dentisterie : les inégalités de niveaux du secondaire pointées du doigt

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn

Les résultats sortis ce matin annoncent un taux de réussite de 18,47 % pour l’examen d’entrée en médecine et dentisterie. Sur 3471 qui l’ont présenté, ce sont 641 étudiants qui ont l’opportunité d’entamer ces études.

Les DéFI Jeunes félicitent les étudiants admis mais s’insurgent contre ce faible taux de réussite. Une fois de plus, ce type d’examen nous montre qu’il existe d’importantes différences de niveaux parmi les écoles secondaires au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

C’est dans ce sens que la Fondation Roi Baudouin a sorti récemment un rapport. Ce dernier pointe que les élèves issus de milieux plus défavorisés et/ou de l’immigration présentent des résultats moins bons que les autres. 
Selon cette étude, ce phénomène s’explique par l’existence d’une ségrégation scolaire parmi les élèves. En effet, le renvoi des plus faibles vers l’enseignement qualifiant/professionnel, le peu de mixité sociale dans les écoles ainsi que l’utilisation excessive du redoublement représentent un véritable frein à la progression des plus vulnérables socio économiquement et/ou d’origine étrangère.

Force est de constater que ces inégalités touchent directement à l’égalité des chances.
Sans donner la possibilité de cours de remédiation accessibles à tous ou d’année préparatoire, de tels examens d’entrée ne semblent qu’à la portée de personnes provenant d’écoles de haut niveau et/ou ayant d’importantes ressources financières.

Pour en savoir plus : clique ici