En Belgique, Il y a sept centrales nucléaires, réparties sur 2 sites, 4 centrales à Doel et 3 centrales à Tihange. La quote-part de l’énergie nucléaire dans la production d’électricité s’élève à approximativement 50 %. Energie la moins chère, assez propre s’agissant de la production de CO2 et la plus stable en production, il n’en reste pas moins que le nucléaire représente de nombreux d’inconvénients.

A l’heure actuelle, nous ne sommes pas capables de gérer la production des déchets radioactifs et ceux-ci représentent un coût substantiel ! De plus, et malgré les nouvelles centrales, le risque d’une catastrophe nucléaire est à prendre en considération eu égard aux impacts sur la santé et l’écosystème si un tel accident se réalisait.

L’énergie renouvelable, quant elle, est incontestablement l’énergie de l’avenir !
Dès maintenant, une politique courageuse et ambitieuse doit être mise en œuvre afin de favoriser la production d’énergie par le renouvelable, notamment au niveau européen avec l’instauration d’une taxe carbone et l’élargissement des compétences européennes en matière d’énergie.
Toutefois, un « tout au renouvelable », en l’état actuel, impliquerait, d’une part, une nouvelle dépendance énergétique vis à vis d’autres pays produisant de l’énergie parfois toujours via l’extraction de charbon et, d’autre part, entraînerait une hausse importante du prix de l’électricité.

Dès lors, face à la sortie du nucléaire prévue 2025, il faut assurer une transition énergétique qui garantisse notre sécurité d’approvisionnement, le respect de nos engagements internationaux (dont la COP21) et qui préserve la compétitivité de nos entreprises électro-intensives.

En parallèle à ce débat, DéFI Jeunes tient à rappeler que la meilleure énergie demeure finalement celle qui n’est pas consommée. Avant tout, il s’agit donc d’inciter les citoyens et les entreprises à apporter une série de changements dans leur vie quotidienne en entreprenant, par exemple, des démarches d’amélioration de l’isolation de leur logement.