La pollution numérique (ou digitale) désigne la pollution engendrée par toutes les nouvelles technologies. Elle inclut la pollution produite par le fonctionnement du réseau internet et celle émanant de la fabrication de nos outils informatiques. Méconnue, cette pollution n’est pourtant pas négligeable.

Actuellement, nos activités sur le web représentent : 12% de l’énergie mondiale. Cette consommation engendre un ensemble d’impacts écologiques telle que la destruction de montagnes afin d’en extraire le charbon pour alimenter les data-center.

En tant qu’utilisateurs, nous pouvons agir à notre propre échelle afin de diminuer les effets de cette pollution.

Quelques attitudes concrètes à adopter :

  • nettoyer sa boîte mails régulièrement, ne pas garder de mail inutile, se désabonner des newsletters qu’on ne lit pas ;
  • utiliser un service de messagerie « vert » ;
  • ouvrir un minimum d’onglet à la fois ;
  • utiliser un moteur de recherche éco responsable ;
  • se rendre directement sur le site quand on connait son nom exact.

Par ailleurs, nous ne pouvons qu’encourager une conscientisation des jeunes dès leurs premiers pas sur le web à l’impact écologique provoqué.

On peut s’attendre à ce que ce type de pollution prenne une quote-part croissante à l’avenir. C’est pourquoi DéFI jeunes invite l’Union européenne à s’en occuper en s’attaquant notamment à l’obsolescence programmée.